Mozart et les bougies

La deuxième étape de notre périple nous a menés de Heidelberg, Allemagne, à Salzbourg, Autriche. Une longue étape à nouveau, pas loin de 500 km.

Te souviens-tu du générique de cette série à vaisselle, ancêtre de Grey’s Anatomy, La clinique de la Forêt Noire ? Et bien notre route ressemble pas mal à ça ! Les paysages sont époustouflants, et les maisons présentent ces bardages en bois qu’on retrouve en Savoie notamment. Au détour des montagnes, un lac, un nuage, un stade de foot…

La route est longue, nous sommes partis tôt, et nous prenons le temps de faire des pauses régulières, «Toutes les deux heures» comme le rappelle Peter Pan. Je le redis encore, mais les arrêts autoroutiers allemands, c’est quelque chose ! Propres, efficaces, équipés. Un peu avant la frontière autrichienne, nous nous acquittons des obligatoires vignettes pour les autoroutes autrichiennes (8€ pour 10 jours) et slovènes (7€ pour 7 jours).

Salzbourg se dévoile au détour de la 176e montagne. J’avais
repéré un petit resto végétarien, The Heart of Joy, où j’ai invité ma meute, pour célébrer modestement mon anniversaire. Pas de gâteau, mais une délicieuse part de tarte aux épinards ! La terrasse, ombragée par le théâtre tout proche, nous fait un bien fou : il fait plus de 30°C aujourd’hui encore !

A Salzbourg, nous visitons les jardins du Palais Mirabel, leurs fontaines rafraîchissantes et leurs superbes rosiers. Ensuite, direction la maison natale de Mozart, qui héberge dans ses étages le musée dédié au virtuose et, au rez-de-chaussée, un magasin Spar ! A l’issue de la visite, je reste perplexe : la folie est – elle le corollaire du génie ?

Chemin faisant, je constate que le concept parisien du pont à cadenas s’exporte bien. Je ne comprends toujours pas le besoin des couples de se cadenasser de la sorte, mais les ados semblent apprécier.

 

Ensuite, nous prenons le chemin de la SamStraße, ça ne s’invente pas, pour nous poser au camping Sam-Nord.  Accueil efficace : on nous guide à vélo vers notre emplacement. Les lieux sont fleuris, les zones délimitées par des haies soigneusement taillées, les voisins accueillants et le prunier très envahissant : faute de pouvoir se faufiler entre les branches, nous devons abandonner la voiture jaune à une dizaine de mètres du campement, sans pouvoir déplier l’auvent. Le temps de planter les tentes, et l’orage arrive. Heureusement, comme tout camping qui se respecte, le Sam-Nord a une micro-buvette qui fait aussi épicerie et réception, où nous trouvons refuge le temps que la pluie cesse.

Ce n’était pas la meilleure soirée de notre voyage. Il en faut : ça fait mieux ressortir les moments-bonheur.

 

Les plus : l’application téléchargeable du Musée Mozart, qui offre une traduction impeccable des panneaux explicatifs en allemand.

Les moins : le train en contrebas du campement, la pluie, la piscine fermée à notre arrivée… Bref, espérons que l’étape suivante soit plus clémente !

Articles récents

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *