Le vent et le coucher de soleil

Nous quittons Zadar vers 11h, pour longer la côte adriatique jusqu’à Kozica, un des nombreux petits villages de bord de mer à offrir un camping au bord de l’eau, avec plage privée. Faisant fi du temps, nous prenons la route champêtre.

De virage en virage, nous profitons d’un paysage étonnant : montagne caillouteuse et végétation aride à droite, mer et îles désertes et lunaires à gauche. Nous nous arrêtons souvent, pour le simple plaisir d’admirer ce bout de planète.

Arrivés au campement, il ne nous faut que quelques minutes pour enfiler les maillots : aujourd’hui, c’est plage. Certes, une plage de galets, mais calme, paisible, et quasi juste pour nous.

Notre plage – Camp Kosica

C’est l’occasion pour Sam de tester son nouveau gadget, un masque à tuba intégré, attrapé au vol lors d’une visite chez Decathlon. Un super investissement, tout comme notre tente Fresh and Black, qui nous permet des quasi grasses mat’ (oui, 9h, c’est se lever tard pour nous).

Affublé de son masque, il part explorer poissons et oursins accompagné de Peter Pan. Princesse Fiona et moi optons pour la baignade «sirène sur son rocher» : d’accord pour se rafraîchir, mais la mer est vraiment trop froide pour moi.

Vers 20h, et comme Yann nous l’avait suggéré, nous retrouvons la crique pour assister au coucher du soleil. Je ne sais pas si c’est le plus beau du monde, je n’ai pas encore assez voyagé pour cela, mais le moment est précieux, presque magique. La lumière orangée, la mer scintillante, la tiédeur de l’air.. Tout est réuni pour  l’émerveillement.

Le bord de mer a ses revers : un vent de tous les diables souffle sur le campement. Après avoir sécurisé la tente des filles en changeant son orientation et en plantant quelques piquets de plus, nous nous préparons pour notre première nuit dans la voiture jaune.

Au petit matin, après un dernier salut à la mer, nous partons vers l’Italie.

Petit matin au Camp Kosica

Prochaine étape : Verone.

 

Les plus : Bonne surprise,  le lit  de la voiture jaune est bien plus confortable que le matelas gonflable de la tente, et c’est bien plus facile d’accès pour mon dos encore fragile.

Les moins : les bobos s’accumulent : Peter Pan  réagit au soleil, Princesse Fiona est mangée par les moustiques, Sam s’est coupé avec le couteau à pain, mon dos fait des siennes…  La boîte à pharmacie se révèle bien utile !

Articles récents

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *