Les tunnels et l’argent

Je n’avais plus mis les pieds en Suisse depuis l’âge de 5 ans, l’année où nous étions partis skier à Villars. Micro-crevette transie de froid, je m’étais assise dos au radiateur à gaz, un de ces systèmes de chauffage direct à grille métallique sur le devant. Évidemment, quand je me suis relevée, le duvet était brulé, et j’ai passé le reste de mes vacances avec un anorak grillé. Je n’ai plus jamais eu de doudoune, même pas quand ce fut la mode des vestes Millet.

Mais laissons là l’envahissante nostalgie pour reprendre notre route. Après 2700 km à bord de la voiture jaune, nous arrivons à Lucerne, pour une courte étape. A la frontière suisse, nous avons eu une petite frayeur, lorsque la douanière nous a demandé de nous garer sur le côté. Nous avions tout simplement oublié de coller la vignette autoroutière, achetée chez Auto 5 avant notre départ pour la modique somme de 40 euros. A titre de comparaison, l’Autriche nous a coûté 8,90 euros pour 10 jours de validité et la Slovénie 15 euros pour 7 jours.

Lucerne
La vue lors de la pause pique-nique

Depuis Bergame, nous avons traversé les montagnes, via nombre de tunnels. Le plus fameux, celui de Saint-Gothard, fait tout de même près de 17km. C’est long. Et ça pue, bien que nous ayons coupé la ventilation. Et ça chauffe aussi : des 30°C avant d’entrer dans le tunnel, nous sommes montés jusqu’à 38,5°C. Ce phénomène est certes physiquement logique, mais tout de même un peu flippant. A choisir, je préfère l’air libre et la vue sur les sommets !

Lucerne accueille le touriste avec efficacité : les parkings sont fléchés, le nombre de places disponibles est indiqué clairement, et leurs noms sont explicites : gare, nord, sud.

A la sortie de la gare, un espace d’info équipé d’écrans multimédia et d’un mur littéralement tapissé de brochures touristiques essentiellement en anglais, allemand ou italien. La dame au guichet nous oriente vers la vieille ville, dans un français impeccable. Nos ambitions de promenade sont assez modestes : la fatigue des derniers jours se fait sentir, il vaut mieux faire court si on veut finir le voyage…

Le pont des chapelles - Lucerne
Le pont des chapelles – Lucerne

Le pont des chapelles, entièrement en bois, me laisse assez indifférente. Par contre, l’enchaînement de façades peintes, anciennes ou résolument modernes, est très agréable, et très surprenant. Au détour des ruelles, sur les places, les personnages défilent et créent une ambiance très particulière.

Façade peinte - Lucerne
Façade peinte – Lucerne
Façade peinte - Lucerne
Façade peinte – Lucerne

Nous avions sur la Suisse quelques inquiétudes quant au coût de la vie. La pause pipi à 2€ par personne nous a confirmé nos craintes. Pas de resto ce soir, ce sera tambouille sous la tente.

Nous regagnons le camping vers 17h30. Après une journée coupée du web (14,52 € le MB de surf en data, ça calme !), le wifi est le bienvenu.

La voiture jaune à Lucerne
La voiture jaune à Lucerne

Au final, cette étape jolie mais sans folie, nous aura coûté plus de 125€, en ne comptant que la vignette, le camping, le parking et la pause pipi. Heureusement, la vue, elle, n’a pas de prix.

Horw camping - vue
Horw camping – vue

Articles récents

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *