La rouge et la guinness

Dès l’approche, Bologne se devine rouge : même les constructions nouvelles, hors de l’enceinte historique de la ville, arborent ces dégradés chauds, qui vont du jaune au rouge profond, en passant par le rose. Le charme opère, et les arcades et le marbre font le reste : Bologne nous séduit, nous éblouit même.

Comme Côme et Mulhouse, une large partie du centre-ville est en piétonnier, et nous optons pour un parking situé à quelques centaines de mètres de notre logement, via del Angeli. C’est un parking à l’ancienne, avec un gardien qui gare ta voiture dans des emplacements où même une Vespa serait difficile à parquer. Mais Sam maîtrise la Jaune comme personne, et, faisant fi de l’étroitesse de la ruelle, faufile notre bolide en marche arrière jusqu’au centre du garage. Nos affaires sont en sécurité -il nous en coûtera 25 euros pour 24h- la balade peut commencer.

Et quelle balade ! De la vieille église Santa Lucia à la Piazza Maggiore, de l’indécent Neptune aux rues de galets ronds, du marché aux herbes aux ruelles gourmandes, tout n’est qu’émerveille.

La journée se drape toutefois d’une attente particulière : ce mardi 10 juillet est jour de match pour les Diables Rouges, et pas moins qu’une demi-finale de coupe du monde, contre la France. Les Diables sont capables de tout, ils ont le talent pour gagner le jeu. Au soir venu, nous prenons la direction du seul endroit qui annonce la diffusion du match : le pub irlandais ! S’y retrouvent quelques Belges, un peu plus de Français, et les amateurs de foot, autour de quelques Guinness bien tassées.

L’ambiance est du tonnerre. Après le premier but, elle se fait tendue, et quelques réflexions agressives des Français nous agacent les oreilles. Mais l’esprit sportif est le plus fort, et jusqu’au bout, nous gardons l’espoir. La chance n’était pas avec nous, l’arbitre a laissé passer deux fautes qui méritaient chacune une phase arrêtée. Soit, c’est ainsi. On se console avec des liégeois sympas, et nous finissons la soirée en profitant de la relative tiédeur, après les 32°C très humides de la journée.

Au matin venu, direction un chouette snack vegan et bio, pour un petit déjeuner gourmand qui nous tiendra au corps jusqu’à Florence la belle. Entre croissants aux dix recettes et gâteaux maison, il nous faut un bon cappuccino pour redémarrer le voyage en mode beauté.

Articles récents

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *